Job de rêve : Personal stylist

   Parmi toutes les carrières que je rêve d’embrasser (testeuse de chocolat, neurochirurgien, pilote de ligne, …), celle de styliste personnelle se place en haut de la liste. C’est mon métier de rêve, et contrairement à celui de neurochirurgien, celui qui est le plus à-même de devenir réalité. J’ai envoyé un email à Tina, que je suivais sur Instagram depuis quelques temps et je lui ai demandé de répondre à quelques questions sur son travail. Soyons honnêtes, même si vous ne voulez pas devenir personal stylist, vous êtes surement fasciné par le fait d’être payé pour faire du shopping. Personnellement, je le suis. Et Tina a répondu à toutes mes interrogations sur ce en quoi son métier consiste vraiment.

1. Parle moi un peu de toi. Quand et comment es-tu devenue une personal stylist ? Il y a t il un diplôme à passer ? Quel est ton parcours ?

    J’ai commencé à être payée comme styliste personnelle depuis seulement deux ans. Mais j’ai fait du shopping pour les autres gratuitement toute ma vie ! J’ai toujours aimé aider mes amis à trouver leur style. Les gens me posaient toujours des questions « Où as-tu trouvé ça ? » ou « Où as tu acheté ce truc ?». Je suis arrêtée presque tous les jours dans la rue pour qu’on me demande où j’ai acheté une pièce, ou pour me complimenter sur ma tenue. À l’université, j’étais partagée entre deux voies : l’enseignement élémentaire et la mode. Même si ces deux parcours semblent différents, ce qu’il faut pour réussir dans ces deux domaines, c’est de la créativité. J’ai fini par choisir l’éducation. J’ai enseigné au Cours Préparatoire (CP) pendant quatre ans puis je me suis arrêté le temps de m’occuper de mes trois fils. Une fois que mon bébé allait à l’école toute la journée, j’ai commencé à enseigner en maternelle, où allaient mes fils. Après sept années merveilleuses, j’ai décidé de changer et de monter mon entreprise de styliste personnelle.  

 

2. En quoi consiste ton job ? Comment se passent tes journées ?  

    Mes jours sont très différents les uns des autres. Je commence par aller voir mes e-mails, mon Facebook et mon Instagram pro. Je regarde mon agenda et je regarde de qui je dois m’occuper pour commencer. Ça peut être une journée où une cliente vient pour essayer des vêtements, ou une journée où je dois aller acheter et rendre des vêtements, réorganiser une garde robe ou faire des tenues pour mes posts Instagram. Ça peut aussi être une journée à retourner des appels ou donner des consultations téléphoniques. Ou encore, ça peut être une journée où je vais chez la cliente où j’analyse sa garde robe et où je discute de ce qu’il manque avec elle.

 

3. Comment as tu développé ta clientèle ? C’était dur de « se faire un nom » ? 

    J’ai développé ma clientèle sur Instagram (@tina_dvorak_personal_stylist) et sur Facebook. J’ai commencé par prendre des photos à plat (flat lays, dans le jargon Instagram) de mes propres vêtements et tenues. J’étais assidue. Je postais TOUS LES JOURS. Les clients sont venus, ont augmenté, et sont devenus des habitués.  

 

4. D’où puises-tu tes inspirations ?

     Des réseaux sociaux, Pinterest, des blogs, des magazines et des défilés de mode.

 

5. Question idiote, mais quelle est la différence entre personal stylist et personal shopper ?  

     Une styliste est engagée par ses clients pour les aider à adopter le style qui leur convient en général. Une styliste va les aider à adopter leur propre sens du style et leur apprendre à modifier et améliorer leur garde robe. Une styliste peut être une personal shopper quelques fois et aller faire du shopping pour ses clients ou les accompagner. Mais une styliste fait son shopping en ayant une connaissance complète de son client, des vêtements qu’il possède et du style qu’ils recherchent. Utiliser une styliste veut aussi dire que les vêtements viendront de nombreuses boutiques. J’adore trouver des bons plans pour mes clients ! Je connais les marques, où et quand acheter. Une styliste facture pour le temps passé à shopper et, bien sur, pour les vêtements.

      Une personal shopper est juste quelqu’un qui va aller faire du shopping pour vous. Aujourd’hui, beaucoup de grands magasins offrent des services de personal shopping. La plupart du temps, ce service est gratuit, les personal shoppers touchant une commission des vêtements qu’elles vendent. Ce qui veut aussi dire qu’il est dans leur intérêt de faire acheter à leur client des pièces plus onéreuses. Bien que ce ne soit pas la règle, c’est quelque chose dont il faut être au courant. Pas tous les personal shoppers travaillent de cette façon. Une fois que la relation est établie avec votre personal shopper, elle peut devenir votre « styliste ». Elle aura un aperçu de votre style, de votre budget et de votre garde robe (parce qu’elle vous aide à la remplir) au fil du temps.

 

6. Libre à toi de me dire tout ce que tu veux à propos de ton travail, et pour tous ceux qui voudraient se lancer dans cette carrière. 

    Être styliste personnelle n’est pas aussi facile qu’on l’imagine. Il y a de longues journées de recherches, à trainer des sacs (lourds) dans les magasins et les parkings. Mais ce n’est que de la joie quand on donne cette confiance à sa cliente, et qu’elle n’avait jamais marché la tête aussi haute. Faire en sorte que quelqu’un se sente beau est de loin mon but ultime.

 

 
Merci à Tina pour nous avoir donné de son temps. C’est une femme extraordinaire et une #girlboss qui en inspire plus d’un. Vous pouvez la suivre sur Instagram et Facebook.

1 Commentaire

  1. 22 mars 2018 / 9 h 56 min

    J’adore cet article. Super interessant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *